Le père Régis CHAPOY (1823 - 1910)

L'Abbé Régis CHAPOY 1907-Jubilé sacerdotal
(DP)

Curé d'Aunay en Bazois de 1869 à 1898

Né le 28 Avril 1823, de Jean Pierre CHAPOY Cultivateur-Tisserand et maire de la commune et de Elisabeth GULLAND, dans une famille nombreuse qui compte déjà 5 filles, à BELMONT, paisible village de l'arrondissement de Pontarlier,Canton du Valdhaon, dans le Doubs (25) en Franche-Comté, Régis CHAPOY est envoyé dès 1830, à l'age de 7 ans, dans la Nièvre.

En effet, son oncle maternel est le directeur d'une école et d'un pensionnat à St Pierre Le Moutier au sud de Nevers. Le 29 Mars 1835 sont père meurt accidentellement. Lors du recensement de sa commune natale en 1836, il est inscrit comme agé de 12 ans et étudiant au séminaire de Corbigny, dans le département de la Nièvre.

A la fin de ses études, il devient pendant quelques temps "clerc" chez un notaire de Nevers avant d'entrer au Grand Séminaire le 1 Octobre 1842.

Ordonné prêtre en 1847 par Monseigneur Dominique Augustin DUFÊTRE (1796-1860) dans le Diocèse de Nevers.

Il est nommé vicaire à La Charité (1847-1850) auprès de l'Abbé DUCHE curé doyen. Après les évènements de 1848 et l'arrivée d'un nouveau curé l'Abbé Pierre Louis Marie CORTET (le futur évêque de Troyes), il doit faire face à l'épidémie de choléra de 1849. 

Puis il devient professeur au petit séminaire de Pignelin (09/1850-02/1855), curé de Luthenay (03/1855-02/1856), puis curé de Garchizy (03/1856-02/1869). Il y fonde plusieurs oeuvres: La Confrérie du Rosaire, la Confrérie de Ste Agathe, la Congrégation des enfants de Marie, et la Congrégation de St Vincent.

Le 21 Février 1869, Théodore-Augustin FORCADE (1816-1885),évêque de Nevers le nomme à Aunay en Bazois. Il y restera 25 années. Il apparait dans les recensements de 1876, 1881,1886, 1891 et 1896. Il fonde aussi de nombreuses oeuvres : la Confrérie du Rosaire, la Congrégation des enfants de Marie, l'Oeuvre de la Communion Réparatrice.

C'est lui qui fait reconstruire le choeur de l'église en 1873, qui fait poser la statue de la vierge sur la chapelle en 1874. C'est lui aussi qui pose la statue de Notre Dame de Lourdes en 1884, que l'on peut toujours voir dans l'église de nos jours. Il prend la décision de restaurer la chapelle d'd'Achun en 1890 et de construire l'école Sainte Anne pour jeunes filles d'Aunay en 1891.

En 1884 un rapport de l'abbé Jacques Jules BRICARD dit de lui "qu'il jouit de l'estime générale de la population. Qu'il a une attitude correcte et ne manifeste pas ses opinions politiques". Cette même année, au mois de Décembre, il se permet de refuser la cure de Tannay préférant rester à Aunay en Bazois.

L'abbé CHAPOY était aussi un artiste puisque l'hotel de la Vierge, l'hotel et la statue de St Joseph d'Aunay et la chaire et les confessionnaux de l'église d'Aunay et de celle de Garchizy sont de son oeuvre.

En Septembre 1898, il demande à Monseigneur Etienne Antoine Alfred LELONG (1834-1903) de le relever de ses fonctions. Il prend sa retraite le 10 Janvier 1899 et retourne dans le Doubs, chez un neveu, l'Abbé FRACHEBOIS, lui même curé à Bollandoz, diocèse de Besançon.

Mais en 1900, il revient s'installer à Alligny, près de Cosne sur Loire, chez l'Abbé MILLIEN. En 1904, il devient le chapelain privé de la chapelle de la Vierge Immaculée du chateau de Chamenay, propriété de la Famille de SIMONY-RIVIERE-D'HORTO, située sur la commune de Garchizy.

En 1907, il fête son jubilé sacerdotal (60 ans de sacerdoce) à Garchizy. Il est alors agé de 84 ans.

Il est membre de la Société Nivernaise des Lettres, Sciences et Arts depuis le 30 Aout 1872. Il est aussi connu pour avoir fondé "la Confrérie de Ste Agathe" à Garchizy, qui a pour mission de rassembler des mères de famille et de favoriser l'entraide. Cette confrérie existe toujours de nos jours et participe à l'entretien de l'église St Martin.

Il décède le 20 Février 1910 a l'age de 86 ans en se disposant à célébrer la messe à la chapelle de Chamenay. Ses obsèques sont célébrées à St Martin de Garchizy le 23 Février . Il repose dans le cimetière sous une simple croix en bois.

 

 

Faire Part de décès de l'Abbé Régis CHAPOY

Intérieur de l'église d'Aunay en Bazois à l'époque de l'Abbé CHAPOY
(DP)

Il est a noter que le 22 janvier 1882 est né aussi à BELMONT, Louis Emile Vincent PERGAUD, Mort pour la France le 8 Avril 1915 à Fresnes-en-Woëvre (Meuse) et auteur du célèbre roman " La Guerre des Boutons"

Pour mémoire nivernaise, Bernade Marie SOUBIROUS dite Bernadette, Soeur Marie-Bernard en religion chez les soeurs de la Charité et de l'Instruction Chrétienne, devenue en 1925 Sainte Bernadette, est née à Lourdes (Hautes Pyrénées) le 7 janvier 1844. Elle est arrivée à Nevers le 7 juillet 1866, à la maison mère de la Congrégation, rue St Gildard, où elle est décédée le 16 avril 1879 à trois heures et demie du soir (15h30). Décès déclaré en mairie de Nevers par Samuel METAUT (1839-1903), menuisier au 34 rue St Martin à Nevers et par Jacques MONTAGNON (1835-1900), concierge de la mairie de Nevers. Acte établi et signé par Jacques Edmé BALANDREAU BUY (1808-1901), adjoint au maire de Nevers Jean Baptiste THEVENARD (1832-1900).